EN

Les Carnets
de Josée Fiset

Inspirer Cuisiner Partager Biographie
Retourner aux articles

Partager via:

Le muffin qui ne se prenait pas pour un cupcake

Je me rappelle 1970. Avec des marguerites dans les cheveux, les hippies rejetaient la société de consommation et réclamaient un retour à la nature. Dans les cuisines, le muffin remplaçait tout d’un coup les anges en dessous des auréoles. L’industrie de la restauration rapide l’a ensuite adopté et en a fait un petit gâteau dépourvu de fibres, peu protéiné, gras, sucré et salé. Mais tous les muffins du monde n’ont pas perdu leur identité…

Je ne porte pas de Birkenstock. Je mange du bacon. Je n’ai pas de dreadlocks ni de tatouage. Je recycle et je fais mon compost, mais je ne médite pas. Ah, et non, je n’ai pas acheté le livre de Gwyneth Paltrow. N’empêche que j’adoooooooore le muffin aux dattes et à l’orange de Première Moisson. Je ne l’aime pas parce qu’il est sans sucre et parce qu’il est santé, je l’aime parce qu’il est bon. Parce qu’il a du poids. Parce qu’il n’a pas la texture d’une éponge de mer et l’allure inquiétante du champignon atomique qui suit une explosion nucléaire. Chaque bouchée est précieuse, goûteuse, et… je dirais nécessaire !

Pour m’expliquer ma propre et volontaire dépendance, j’ai fait un Kurt Wallander de moi-même et j’ai trouvé la clé qui me les fait tant aimer. C’est une purée faite de dattes réhydratées dans du jus d’orange qui lui donne son moelleux et qui rend inutile l’ajout de sucre. Elle a aussi pour effet de réduire le pourcentage de gras dans la préparation, dont la liste des ingrédients est assez courte : de la farine de blé khorasan bio et de soya, des graines de tournesol rôties, un peu de lait, des œufs, un petit peu de noix de coco et d’huile de canola, et un trait de cannelle. Et c’est pas mal ça.

Dans la version aux carottes et aux ananas, c’est une purée de raisins secs sans sulfite réhydratés qui sert de base. Dans les deux cas, le résultat est à mille lieues des énormités de certaines chaînes, plus riches en calories qu’un Big Mac et presque aussi grasses qu’une poutine !

Je n’ai jamais vraiment eu envie de me mettre la tête à l’envers et les pieds dans les airs sur un tapis de yoga, mais je vous jure que mon muffin aux dattes me fait exprimer le plus beau des Ooooommmmmm !

Par Benoît Trépanier

Inspirer

La matière Galettes de sarrasin et grillades de lard salé de la ferme familiale La mise en scène La parfaite table imparfaite, selon Elisheva La question Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi…

Cuisiner

La méthode Pâte brisée au beurre ou au saindoux La récup Ma mie en miettes

Partager

La rencontre Le bonheur est dans le blé Le partage Profession : confiturière particulière La découverte Le muffin qui ne se prenait pas pour un cupcake