EN

Les Carnets
de Josée Fiset

Inspirer Cuisiner Partager Biographie
Retourner aux articles

Partager via:

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi…

…on en est venu à utiliser l’expression « avoir du pain sur la planche » pour signifier qu’une grosse somme de travail nous incombe ?

Au début du XXe siècle, elle évoquait pourtant l’inverse. À cette époque où le pain se conservait longtemps, les miches pouvaient s’aligner nombreuses sur une planche de stockage et elle signifiait vraisemblablement « posséder assez de ressources pour affronter l’avenir ». Par extension, elle permettait de « dormir sur ses lauriers », tranquille. Le sens de l’expression s’est inversé avec la disparition de ce pain longue durée et par son remplacement par du pain frais quotidien, approvisionné par les boulangers. La multiplication des pains crus pétris et enfarinés, entassés sur une planche en attendant leur passage au four, expliquerait l’allusion au labeur de l’artisan, pris dans un engrenage exigeant qui le mobilise chaque jour. En tout cas, quand on a « du pain sur la planche », vaut mieux ne pas « avoir un poil dans la main ». Cette seconde expression, surtout populaire en Europe, réfère à un individu qui se servirait si peu de ses mains qu’un poil pourrait y pousser sans jamais s’y trouver dérangé.

Inspirer

La matière — Tchiaaaaa, dites « Tchiaaaaa ! » Salvia hispanica La mise en scène Le TV Dinner ou la petite histoire d’un mariage à quatre : bouffe, ciné, amis et familles La question Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi…

Cuisiner

La paresse velouté aux courgettes et haricots blancs La gourmandise brownies véganes sans farine de blé

Partager

La rencontre Jamais sans ma bûche ! Le partage — 23 décembre, trois heures moins quart La découverte — Le pain de mes ivresses